II - A la sources de mythes?

Les mirages peuvent-ils être la source de mythes inventés par les hommes dans le passés?

         Nous avons vu précédemment l'exemple du mirage de la chaussée inondée. Ce mirage est du à un gradient de température négatif dont le module augmente très fortement à la proximité du sol. La base de l'objet est vue à travers la partie de l'atmosphère où la variation de la température est la plus rapide: elle est donc déplacée davantage que le sommet, et l'image sera agrandie dans le sens vertical. Comme la trajectoire est courbée vers le haut, l'image semble être déplacée vers le bas. Ce profil de température peut être créé de deux manières: par un échauffement fort du sol pendant la journée, ou bien au dessus d'un lac entouré de montagnes. En effet, le lac se refroidit peu par rapport aux rives la nuit, en raison de son enclavement. Par contre, au-dessus d'une certaine hauteur, les mouvements d'air égalisent la température. A l'aube, l'air au dessus du lac est nettement plus chaud que celui situé plus haut.

         "La barque était déjà à une distance de plusieurs stades de la terre, malmenée par les vagues ; car le vent était contraire. A la quatrième veille de la nuit, Jésus alla vers eux en marchant sur la mer." Matthieu, 14.22-36

         La citation de l'Evangile s'expliquerait par un mirage inférieur. Le lac de Galilée est très enclavé. Jésus, qui se déplace sur sa rive, est vu de l'autre côté d'une baie. La rive disparait sous l'horizon des observateurs; ainsi les pieds de Jésus leurs semblent-ils posés directement sur l'eau; son image est agrandie, ce qui donne l'impression aux apôtres qu'il s'approche d'eux en marchant sur l'eau. Une telle image a été en effet photographiée sur une plage américaine.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×